Être sûr de soi et être soi-même : 9 manières d’avoir confiance en soi tout en restant introverti

Important ! Lisez ceci : Les 5 clés pour vaincre sa timidité et vivre une vie en pleine confiance ! Cliquez ici pour voir l'article !

Article invité rédigé par Gaël Barteli.

Être sûr de soi n’est pas une compétence qui est donnée à tout le monde. Certains ont besoin de travailler des années pour arriver à un résultat convenable. D’autres ont l’air d’avoir un certain talent naturel pour ça.

Qu’en est-il quand on a une personnalité introvertie et qu’on veut être sûr de soi ? Est-ce qu’on doit faire semblant d’être quelqu’un d’autre, ou est-ce qu’on peut garder cette personnalité qui nous est propre ?

Et dans le deuxième cas, comment fait-on ?

Même si je donne déjà quelques conseils à travers mon blog, j’ai envie d’aller beaucoup plus loin.

C’est ce que je vous propose de découvrir aujourd’hui à travers les 9 manières d’avoir confiance en soi tout en restant introverti.

Connaissez-vous aussi bien que vous connaissez l’alphabet

Ça peut paraitre être un conseil à la con. Pourtant, ça ne l’est pas du tout. Laissez-moi vous expliquer.

Quand vous vous connaissez, vous savez qui vous êtes. Jusque-là, c’est logique. Mais quand vous vous connaissez vraiment, vous voyez le monde autour de vous avec une nouvelle vision.

C’est la première des 9 clés pour être sûr de soi.

Je vais tout de suite vous expliquer ce qu’apporte la connaissance de soi grâce à des exemples, et juste après dans le deuxième point je vous dirai pourquoi mesurer son temps est bénéfique.

Par exemple, prenons le cas de l’introversion, vu qu’on parle principalement de ça sur ce blog.

Avant, vous pouviez vous dire « je suis introverti, je ne comprends pas comment font les autres pour sortir chaque week-end et rencontrer de nouvelles personnes. Moi je n’y arrive pas… ».

Ce n’est pas hyper top comme pensée. Pour être positif, on a vu mieux.

Quand vous vous connaissez vraiment au plus profond de vous-même, vous savez que vous êtes introverti et qu’il n’y a rien d’anormal à rester chez soi le week-end si cela permet de recharger votre énergie.

La pensée négative que vous avez eue avant de vous connaître se transforme alors en « je suis introverti, pourquoi les autres sortent-ils chaque week-end ? Qu’est-ce qu’il y a chez eux qu’ils essayent de fuir ? ».

Vous voyez, c’est la même personne, mais avec 2 types de pensées différentes.

L’une se flagelle en suggérant à son inconscient qu’elle a un comportement qui n’est pas positif pour elle tandis que l’autre est hyper heureuse d’être la personne qu’elle est.

Je pense que c’est le conseil à la con qui a le plus de poids quand on cherche à avoir confiance en soi tout en restant introverti.

Il n’y a vraiment pas besoin de changer, mais on doit seulement accepter qui on est vraiment, et être à l’aise avec ça.

Attention, accepter qui on est ne veut pas dire : « OK, je n’ai pas confiance en moi, ça fait partie de moi, maintenant que je l’ai accepté ça va beaucoup mieux aller ».

On n’est pas à Poudlard ici.

Apprendre qui on est signifie comment on fonctionne naturellement avec exactitude et surtout de savoir comment s’adapter et corriger la trajectoire quand on doit s’écarter de cette base.

Mesurer votre temps comme un horloger suisse

Que vient foutre la mesure du temps dans un article qui conseille comment avoir confiance en soi ? On n’est pas dans une discipline sportive, ce n’est pas la course !

Vous avez raison.

Si je vous dis de mesurer votre temps, ce n’est pas dans un objectif de performance.

C’est plutôt un outil qui va vous permettre de déculpabiliser et d’être beaucoup plus indulgent envers vous-même.

C’est quelque chose que j’utilise personnellement quotidiennement, et ça vous sera d’une utilité extrême, surtout si vous êtes perfectionniste comme moi.

Je vais maintenant vous expliquer de quoi il s’agit, et juste après dans le troisième point je vous parlerai de la place du sport dans cette quête de la confiance en soi.

Les personnes qui essayent d’avoir plus de confiance en elle ont toutes un point commun : elles ont l’impression de ne jamais en faire assez.

Ou plutôt, elles ont l’impression de ne jamais pouvoir atteindre les résultats qu’elles espèrent.

Prenons un exemple.

On dit de vous que vous ne parlez pas assez et vous voulez vous améliorer sur ce point ? Vous allez saisir toutes les opportunités pour parler, trouver des exercices pour savoir comment démarrer une conversation et la tenir, vous entraîner avec des méthodes, etc.

Vous avez envie de progresser rapidement, et c’est bien normal.

Même si vous prévoyez de vous ménager parce que progresser dans ce domaine est nouveau pour vous, il arrivera un moment où vous aurez une baisse de moral parce que votre naturel sera revenu au galop, et vous allez être beaucoup trop dur envers vous-même à ce moment-là.

Pas top pour la confiance en soi.

Sauf qu’il faut que je vous dise une chose que j’ai observée ces derniers-temps.

Le plaisir ne se trouve pas dans le résultat, mais dans l’entraînement, le processus.

Par exemple, si vous souhaitez devenir sociable, comment allez-vous mesurer que vous l’êtes vraiment devenu et que vous avez atteint votre objectif ?

Non, ce n’est pas parce que vous avez parlé à 5 inconnus aujourd’hui que vous êtes devenu sociable, parce que le lendemain vous allez à nouveau vous mettre la pression pour parler à 5 autres personnes, encore et encore.

Non ce n’est pas parce que vous réussissez à faire durer vos conversations plus de 10 minutes que vous êtes devenu sociable, parce que vous êtes toujours dans un objectif de performance et vous ne profitez même pas pleinement de la discussion.

Demandez-vous plutôt ce que vous avez fait pour devenir sociable ? Combien de temps avez-vous passé à vous former ?

Si vous avez passé 10h à faire des exercices, vous êtes déjà plus sociable que ceux qui n’ont rien fait et pour qui ce n’est pas naturel.

C’est pareil pour la confiance en soi.

Combien de temps avez-vous travaillé sur cet aspect de votre vie ? C’est peut-être le moment de s’y mettre…

Et en notant tout ce que vous avez fait, vous vous rendrez compte que vous avez déjà parcouru énormément de chemin.

Là vous tiendrez une bonne façon d’être sûr de soi tout en restant introverti.

Et ce n’est pas celui qui a fait le plus d’heures qui est le plus sociable…

J’espère que vous avez bien saisi l’idée.

Faites du sport pour court-circuit votre système de pensée

Je ne vous dis pas de prendre du muscle, de mincir, ou de coller aux codes qu’affichent les mannequins partout en ville sur les panneaux publicitaires.

Pour être sûr de soi, pas besoin de sculpter l’image d’une personnalité parfaite.

Même si votre image peut vous aider à prendre confiance, ce n’est pas suffisant pour être sûr de soi.

C’est comme si vous refaisiez la carrosserie d’une voiture qui a roulé pendant 200 000km sans changer le moteur.

C’est beau, mais ça fonctionne comme avant, avec une durite qui risque de péter à n’importe quel moment.

Je vais vous dire quel rôle joue le sport pour être sûr de soi, et juste après dans le point n°4 je vous expliquerai la méthode du journal de bord.

Le sport vient ici jouer le rôle d’évacuateur de stress, ou plutôt, de générateur de bien-être.

Le but, ce n’est pas de se tailler un physique de rêve.

Si vous êtes d’une nature anxieuse et stressée, alors le sport peut grandement vous permettre de relâcher la pression.

Si vous êtes déjà d’une nature calme, alors le sport va vous aider à court-circuiter votre système de pensée, ou plutôt à le mettre en veille.

Si vous lisez ces lignes, c’est que vous cherchez des moyens pour être sûr de vous.

Du coup, il y a de très fortes chances pour que vous soyez comme moi, et que dans les situations sociales, votre cerveau se mette à turbiner comme les réacteurs d’une fusée qu’on envoie sur mars.

Le sport, ça permet de créer des endorphines, ce qui est bon pour notre corps.

Quand il en crée, on ressent un sentiment d’extase, de légèreté, de puissance…

C’est en créant ces sentiments que rien ne vous affectera, même si on vous dit que vous êtes nul, bon à rien, moche, que vous ne ferez jamais rien de votre vie, parce que vous n’en avez totalement rien à faire.

C’est grâce à ça qu’on pourra vous qualifier de « force tranquille » ou qu’on vous assimile à « l’eau qui dort ».

Notez régulièrement dans un journal vos accomplissements personnels

Vous avez déjà entendu parler du journal de gratitude ?

Le journal des accomplissements, c’est un peu la même chose.

Je vais vous expliquer comment fonctionne ce journal, et juste après je vais vous expliquer à quoi va vous servir votre personnage secondaire.

Utilisez ce journal que si vous pensez que ça vous sera bénéfique.

Je connais des personnes pour qui ça serait néfaste, parce qu’elles se mettraient la pression pour trouver des choses à y inscrire dedans.

Le but du journal des accomplissements c’est comme son nom l’indique de noter tout ce qu’on a accompli au cours de notre vie.

Dans le journal de gratitude, vous notez ce envers quoi vous êtes reconnaissant.

Le premier sert à vraiment se rendre compte de ce qu’on a fait au fil des années et le second sert à se rendre compte chaque jour de la chance qu’on a.

À quoi un tel journal peut-il servir pour être sûr de soi ?

Quand vous cherchez à progresser dans ce domaine à prendre confiance, vous n’êtes sûrement pas le meilleur pour vous envoyer des compliments.

Pire, vous pouvez aussi être victime du syndrome de l’imposteur.

Autrement dit, non seulement vous ne vous rendez pas compte de ce que vous avez accompli, mais en plus vous ne vous félicitez pas ce que vous avez fait, parce que vous estimez que ce n’est pas assez et que vous auriez pu faire mieux.

Ou alors, vous savez que c’est vous qui avez accompli quelque chose, mais ne vous en attribuez pas les mérites.

Dans tous les cas, quand on cherche à être sûr de soi, il faut commencer par savoir soi-même dans quoi on est bon.

Si je prends mon exemple personnel, au tout début je faisais des vidéos, et ce n’est un secret pour personne, mais les premières étaient catastrophiques.

Mais la première a permis de mettre en route la seconde, puis la troisième, etc.

Mon niveau actuel ne serait pas le même si jamais il n’y avait pas eu cette première vidéo.

Aurais-je dû prendre en compte tous les aspects négatifs de cette vidéo, au contraire me dire qu’une vidéo avait déjà été tournée ?

Vous vous doutez bien que j’ai fait le deuxième choix.

J’ai donc noté dans mon journal d’accomplissement personnel le fait d’avoir tourné ma première vidéo.

Si vous lisez ces quelques lignes, c’est que ça en valait la peine.

Servez-vous sans relâche de votre personnage secondaire

J’en ai déjà parlé dans un article sur la zone de confort, mais votre personnage secondaire est sans doute le personnage qui va plus vous aider dans votre vie.

Je vais maintenant vous expliquer son rôle et comment le construire, et juste après je vous expliquerai comment choisir le meilleur environnement qui puisse exister pour vous.

Le personnage secondaire, ou votre alter ego, c’est en quelque sorte la meilleure version de vous-même.

Ce personnage, s’il peut sembler fictif, est en réalité bien réel.

Il est bien réel puisqu’en réalité c’est vous.

Prenons un exemple.

Je suis sûr qu’il y a des moments dans votre vie où vous vous sentiez bien, et même si vous entendiez des remarques négatives, cela ne pouvait pas vous atteindre.

Plus tard, quand ce moment de sérénité absolue est redescendu, vous êtes peut-être fait la réflexion que si on vous avait dit cette remarque dans un autre contexte vous l’auriez peut-être mal prise.

Qu’est-ce qui a changé entre-temps ? Vous êtes toujours la même personne, pourtant vous n’avez pas le même type de pensée.

Disons que votre alter ego c’est celui qui est toujours serein dans n’importe quelle circonstance.

C’est toujours vous, mais c’est comme si vous étiez dans les meilleures conditions pour que la journée se déroule le plus parfaitement possible.

Si je prends le cas des introvertis, je leur conseille souvent de se créer un alter ego qui est hyper fort pour être sociable.

Ça ne veut pas dire que les introvertis seront sociables du jour au lendemain.

Ça ne veut pas dire qu’un introverti va recharger son énergie dans les interactions sociales.

Ça veut simplement dire qu’un introverti qui a envie d’être sociable peut le faire pendant un certain temps en mettant en place ce système de pensée.

C’est toujours lui, mais avec une facette sociable qui fait que cela va l’épuiser de parler avec les autres.

Une fois qu’il a fait ce qu’il a voulu avec les interactions sociales, il peut laisser de côté son alter ego pour recharger son énergie ou utiliser un autre personnage secondaire qui sera performant dans un autre domaine.

L’idée, c’est de toujours être soit, mais dans les meilleures conditions possible.

Choisissez le meilleur environnement qui puisse exister pour vous

Je dois vous avouer quelque chose.

Je n’ai pas toujours confiance en moi.

Avant de vous expliquer quel est le problème avec les autres, laissez-moi détailler ce petit meilleur environnement qui puisse exister pour vous.

Au travers des vidéos que vous pouvez voir sur YouTube, vous pouvez peut-être percevoir une part de timidité en moi, mais la plupart du temps vous voyez un homme qui arrive à s’exprimer correctement.

Quand je suis chez moi, j’ai confiance en moi.

Quand je passe la porte, ma confiance en moi va fortement dépendre de la situation dans laquelle je vais me trouver.

Par exemple, dans le monde de l’entreprise, je n’ai vraiment pas confiance en moi.

Il y a d’autres collègues, des compétences à avoir, des compétences à acquérir, la hiérarchie, le téléphone, les réunions, l’open space, etc.

La liste pourrait être encore longue, mais tous ces éléments peuvent pousser un introverti (et donc moi-même) à ne pas être sûr de soi.

Personnellement, j’ai pris une décision radicale : celle de démissionner.

Je ne vous dis pas d’en faire autant, mais à travers cette démarche, vous comprenez que l’environnement dans lequel vous évoluez va fortement influencer sur votre confiance en vous.

Si vous n’êtes pas à l’aise comme moi dans le monde de l’entreprise, alors essayez de trouver un moyen pour évoluer professionnellement tout en conservant votre confiance en vous.

Souvent, des éléments extérieurs perturbateurs viennent parasiter notre esprit, alors qu’on a toutes les clés pour être sûr de soi tout en restant introverti.

Le but de la manœuvre ici, c’est d’identifier ces éléments perturbateurs, et de les supprimer à tout jamais.

Ainsi, vous pourrez être beaucoup plus serein dans un environnement qui vous est favorable.

Non seulement vous gagnerez confiance en vous et vous serez beaucoup plus sûrs de vous, mais en plus personne ne sera là pour dégrader cette facette sur laquelle vous essayez de travail.

Ne vous comparez jamais aux autres

Se comparer aux autres peut être tentant.

Par exemple à l’école, quand le professeur rendait contrôle, on comparait toujours nos notes pour savoir si on avait eu mieux que nos camarades de classe.

Malheureusement, si on reproduit ce schéma dans la vie d’adulte, ça ne peut pas apporter de conséquences positives.

Je m’explique.

On est tous dotés de personnalités différentes.

D’ailleurs, certains scientifiques pensent qu’une part de notre personnalité est innée.

Cela veut dire qu’à la naissance, on a déjà une personnalité qui va être malléable au cours de notre vie.

Le schéma n’est donc pas : naissance puis construction de la personnalité à travers l’environnement et l’éducation.

Le schéma est plutôt : naissance avec des prédispositions pour une certaine personnalité, environnement et éducation qui vont influencer sur cette personnalité brute.

En partant de ce constat, on se rend compte que ça ne sert à rien de se comparer aux autres.

Comme le disait mon professeur de mathématiques : comparons ce qui est comparable !

Vous n’allez tout de même pas comparer des patates avec des oranges ?

Quand on cherche à être sûr de soi, c’est exactement le même principe.

D’ailleurs, il y a une citation d’Albert Einstein que j’aime beaucoup :

« … Si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide. »

Vous n’allez donc tout de même pas comparer vos compétences avec quelqu’un d’autre !

Personne n’a la même personnalité que vous !

Tout le monde est unique !

Si vous enviez quelqu’un qui est plus charismatique que vous, vous vous trompez totalement de direction.

Avoir ce type de pensée va produire non seulement des pensées néfastes sur vous-même, et donc sur votre développement, mais en plus de ça, il n’y a pas lieu d’être envieux !

Tout le monde est unique. Tout le monde avance à son rythme. Chaque personne choisit les compétences qu’elle veut travailler.

Point final.

Formez-vous comme si vous passiez le diplôme le plus important de votre vie

Tout le monde n’a pas les mêmes aptitudes.

Certains sont doués pour s’exprimer à l’oral.

D’autres sont doués pour inventer des applications de génie.

D’autres encore sont dotés de talents naturels pour tout ce qui est artistique.

Mais, qu’arrive-t-il quand quelqu’un qui est naturellement doué pour s’exprimer à l’oral veut devenir un artiste peintre ?

Est-ce qu’il doit aller vers ce pour quoi il est naturellement doué et renier ce qu’il a envie de faire ?

Ou est-ce qu’il doit à tout prix apprendre à devenir un artiste et ignorer son talent naturel ?

Ou bien encore, faire les deux ?

En réalité, peu importe le choix.

Si vous voulez écouter vos tendances naturelles, alors faites-le.

Si vous voulez aller à la rencontre de vos tendances naturelles et faire quelque chose qui n’est pas naturel pour vous, alors il va falloir vous former.

Si vous voulez apprendre une compétence qui n’est pas innée, il existe sans doute déjà des cours sur Internet qui permette de l’apprendre.

Cet article vous indique brièvement comment être sûr de soi grâce à 9 points, mais il existe une multitude de conseils et d’exercices déjà disponibles sur la toile.

Faites l’effort de chercher ces conseils et ces exercices, et faites l’effort de les mettre en place dans votre vie de tous les jours.

Je suis d’accord, ce n’est pas la partie la plus fun et la plus facile, mais c’est celle qui vous permettra de construire un programme personnalisé.

Chaque personne est différente et n’a pas besoin de travailler les mêmes points.

Choisissez soigneusement ce que vous voulez travailler avec des exercices adéquats et pratiquez-les souvent.

Vous verrez, vous serez récompensés.

La seule personne que vous allez remercier après avoir fait tous ses efforts c’est vous-mêmes.

Arrêtez de vous prendre la tête et respirez un grand coup l’air pur de la vie.

Quand on veut être sûr de soi et que ce n’est pas naturel à la base, on a tendance à vouloir tout contrôler.

Malheureusement, quand on contrôle tout, on manque énormément de lâcher prise.

Et qui dit manque de lâcher-prise dit prise de tête constante.

Être sûr de soi, ce n’est pas se demander constamment si ce que vous faites est bien ou non.

Est-ce que vous avez employé la bonne expression, le bon ton, la bonne posture ? En réalité on s’en fout.

Si vous êtes tout le temps dans le jugement, au final vous n’êtes pas sûr de vous.

Une personne qui est sûre d’elle peut se remettre en question, mais de manière intelligente.

Si elle se demande constamment si ce qu’elle a fait est bien, alors elle n’aura jamais confiance en elle.

C’est pourquoi, quand vous désirez augmenter votre confiance, et paraitre plus sûr de vous, il faut aussi que vous pensiez à lâcher prise.

Ne soyez pas si strict envers vous-même.

Par exemple, si vous avez défini des exercices ou une méthode permettant de progresser dans le domaine de la confiance en soi, alors autorisez-vous des écarts.

Ce n’est pas parce que vous n’avez pas respecté les règles que c’est mal.

Au contraire, c’est même conseillé.

Et quand vous choisissez de ne pas suivre les règles : amusez-vous !

Vous remarquerez que parfois, vous agirez sans même y réfléchir, et c’est à ce moment précis que vous prendrez conscience du chemin parcouru.

Vous imaginez ? Quand vous vous rendrez compte de quoi vous êtes capables sans y penser, alors vous aurez l’impression de pouvoir réussir à peu près tout et n’importe quoi.

Avec une méthode, vous réussissez à progresser, et par la suite vous pourrez réussir à vous en passer tellement vous l’avez intégré.

Pensez donc bien à avoir le contrôle au début, et au fur et à mesure que vous sentez à l’aise, amusez-vous.

Conclusion

Et voilà !

Avec ces astuces, vous êtes maintenant normalement bien armé pour être sûr de vous tout en restant introverti !

Retrouvez Gaël Barteli sur sa chaîne Youtube.