Y’a t-il des embouteillages dans votre esprit ?

Lisez ceci : la recette du bonheur existe, elle est à télécharger derrière ce lien !

J’ai beau avoir énormément avancé dans mon développement personnel ces dernières années, j’ai encore des points à améliorer. Et pas qu’un peu !

D’ailleurs, histoire de commencer cet article par une bonne grosse digression, je crois qu’il est important d’être TOUJOURS à la recherche de l’amélioration. D’être toujours dans la volonté de faire mieux, d’aller plus loin, de se dépasser. C’est une forme d’humilité : être conscient que l’on n’est pas au top, et que l’on peut toujours devenir une meilleure personne. Une personne plus heureuse, plus épanouie, mieux dans sa tête et dans ses baskets… bref !

Bref, bien que j’ai énormément évolué depuis mes débuts dans le développement personnel (lisez les premiers articles de ce blog et vous verrez de quoi je parle !), j’ai toujours du boulot à effectuer sur moi-même (et j’en aurai jusqu’à la fin de ma vie).

Notamment au niveau spirituel. De plus en plus, j’ai ce besoin de me libérer l’esprit et de gagner en sérénité, en ‘zenitude’, si on peut dire.

Quand j’étais salarié et que je bossais du 9 à 18h, je n’avais pas ce problème là : dès que je sortais du boulot, je déconnectais complètement le cerveau. Je n’avais plus aucune tâche qui tournait dans ma tête à part « voir les copains », « rigoler » ou à la limite « lire un bouquin ».

Mais aujourd’hui, cela fait maintenant deux ans que je suis entrepreneur. Et avec ça, les responsabilités.

De fait, j’ai constamment dans ma tête des réflexions en toile de fond par rapport, entre autres, à ce qui est désormais mon boulot à plein temps : ce blog.

Trouver des idées d’articles, continuer d’apprendre et de me former pour partager mes découvertes avec vous, voir à comment je peux rendre ce blog plus agréable, envoyer des mails aux abonnés de la newsletter et aux membres des Cafés Devperso, et puis répondre à vos messages (je les lis tous, et j’essaie de répondre à tout le monde, même si c’est parfois un peu long à venir).

Mais ça va plus loin que ça : j’ai tendance à intellectualiser beaucoup trop de choses à mon goût. Je sens que parfois j’ai besoin de lâcher prise et me laisser aller. Ce que j’arrive moins à faire qu’auparavant, malgré ma connaissance de techniques puissantes pour se vider le cerveau.

Du coup, je teste énormément de techniques pour gagner en sérénité. Ne confondons pas : il ne s’agit pas de techniques anti-stress ou anti-angoisse (j’ai définitivement supprimé le stress de ma vie il yu a quelques années !). Simplement des techniques pour avoir le cerveau moins embouteillé, et me concentrer sur l’essentiel : profiter de la vie.

En fait, mon gros défi du moment, c’est de n’avoir qu’une seule tâche qui tourne dans mon crane en simultanée. C’est à dire, quand je suis en train de travailler : seulement le travail. Quand je suis avec des amis : simplement de profiter du moment que je passe avec eux. Quand je voyage : simplement d’apprécier mon trip autant que possible.

Je pense que vous voyez l’idée.

Alors, disais-je, je teste. J’expérimente.

J’essaie d’analyser ce qui coince, et de voir comment je peux le décoincer.

Par exemple, un des trucs qui m’embouteille le plus le cerveau, ce sont les connexions.


Les connexions incessantes que notre mode de vie actuel nous impose : répondre aux SMS, répondre aux mails ‘URGENTS’, répondre aux notifications facebook, ce genre de trucs.

Je me suis rendu compte que ça me polluait l’esprit de façon assez violente. Constamment, je suis assailli de pensées sur tout ça. D’ailleurs au début de cet article j’ai entendu mon téléphone vibrer, et ça me démange d’aller voir ce que j’ai reçu.

Bref, je suis persuadé que je gagnerais en sérénité si je me débarrassais de tout ça : téléphone, emails, facebook, twitter et compagnie. Mais comment vivre sans ces outils de connexions dans un monde interconnecté ? Je n’ai pas la réponse.

Pour les emails, j’ai trouvé une solution : je ne me connecte à mes messageries qu’à heures fixes dans la mesure du possible. Ca m’évite d’y passer trop de temps. Je songe de plus en plus à faire de même pour le téléphone : ne l’allumer qu’à certains moments de la journée. Quant aux réseaux sociaux, il existe des plugins (ou logiciels) pour en restreindre l’accès. Je pense me pencher là-dessus prochainement également.

A côté de ça, je vais aussi regarder plus en profondeur les techniques de méditation : c’est une thématique qui ne m’a jamais attiré (notamment par sa connotation un peu « astrale » qui ne me donne pas envie, je dois dire), mais je crois qu’il y a de bonnes choses à aller chercher de ce côté là également.

Bref, cet article n’est pas vraiment comme les autres : pas de conseils spécifiques ou de méthode pour vous améliorer sur un point précis. Juste un partage de ma réflexion du moment, qui peut-être fera écho avec ce que vous pouvez vivre de temps en temps.

Juste pour conclure sur un conseil, justement, je dirais qu’il est primordiale de réussir à s’écouter. Ecouter son corps et son esprit, écouter ses besoins, et les comprendre. Parce que si vous vous sentez mal à un moment donné mais que vous ne savez pas d’où ça vient précisément, vous n’arriverez jamais à trouver les moyens de guérir.

Pas de fiche-action à télécharger pour les membres du blog, cette semaine, mais si ça vous tente, on peut se retrouver autour d’un café virtuel ici !

A très vite !

Jérémy

Le bonheur est à portée de clic :
Vous avez encore droit gratuitement au pack complet pour vous aider à être plus heureux. Téléchargez tout de suite :
  • Le guide complet 'Les 7 clés du Bonheur' (PDF)
  • Les 3 étapes indispensables pour atteindre le bonheur (guide PDF)
  • Les détails de mon parcours : comment je suis passé de la déprime constante à l'épanouissement personnel (et comment vous allez faire de même)