5 principes d’alimentation pour se sentir mieux dans son corps et dans sa vie

Quand on cherche à améliorer sa vie, on peut agir de deux manières. Soit décider de tout révolutionner, par exemple en plaquant son boulot pour voyager autour du monde en sac à dos, soit travailler de façon chirurgicale sur les points du quotidien qui influent directement sur notre bien-être : par exemple le sommeil, l’activité physique ou l’alimentation. C’est de cela qu’on va parler dans l’article du jour, et en particulier de l’alimentation.

Depuis que ma mère s’est reconvertie professionnellement en naturopathe, l’année de ses 50 ans, je me suis vraiment intéressé à l’impact de l’alimentation dans notre bien être quotidien, et j’ai découvert qu’on peut vraiment transformer son corps, et donc son état d’esprit, simplement en prenant des bonnes habitudes alimentaires. J’ai déjà évoqué mon “parcours” par rapport à la nourriture dans cet article, et aujourd’hui je veux simplement vous partager les principes que j’applique depuis quelques temps et qui m’ont fait un bien fou, même si sur le moment je ne me rendais pas compte de l’impact qu’ils allaient avoir tant la modification de mon comportement alimentaire me paraissait minime.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens juste à préciser que, pour cet article, je pars du postulat que vous savez déjà que manger chez McDonalds trois fois par jour est mauvais pour la santé, donc j’éviterai les poncifs du genre “mangez sain, qui sont la base de la base de toute alimentation de qualité. Allez, maintenant passons aux choses sérieuses : mes 5 principes d’alimentations pour me sentir mieux dans mon corps et dans ma vie.

1. Manger plus lentement

Quand j’étais petit, j’avais tellement envie de retourner jouer que les repas étaient avalés en trois minutes chrono. Je ne posais jamais ma fourchette, j’engloutissais une nouvelle bouchée avant d’avoir fini la précédente, et une fois l’assiette vide je retournais jouer dans ma chambre. Cette mauvaise habitude de manger au lance-pierre est restée : jusque récemment j’étais systématiquement celui qui finissait son repas en premier lors des soirées avec mes amis.

Le problème, c’est que ce genre de gloutonnerie a tendance à créer des troubles digestifs. Je ne vous raconte pas le nombre de crises d’aérophagie que j’ai eu quand j’étais gamin. Cette tendance à manger vite peut aussi être la cause de brûlures d’estomac, comme vous pourrez le lire dans cet article rédigé par des professionnels de santé, qui donne des infos complètes sur le sujet pour corriger le tir. Pour ma part, par chance ça ne m’est jamais arrivé de manière prolongée. Bref, pour manger plus lentement, un conseil tout simple : forcez-vous à poser la fourchette entre chaque bouchée, ça paraît bête mais je vous assure que c’est efficace.

2. Réduire sensiblement les quantités

Dans le même esprit que le point précédent, le fait de réduire ses quantités permet de diminuer considérablement les difficultés de digestion. En effet, ce processus consomme énormément d’énergie, et si on mange trop on va passer ensuite une digestion difficile car notre corps va attribuer davantage de “crédit énergie” si je puis dire, pour la digestion. Autrement dit, pour ne pas épuiser votre corps, essayez de réduire sensiblement les quantités de ce que vous mangez à chaque repas. Pas de grand chose, hein : 10 ou 15 pourcent en moins suffit déjà généralement à sentir des effets bénéfiques.

Contrairement à que je croyais, il est assez simple de diminuer ses quantités. D’abord, vous pouvez manger dans des assiettes plus petites, ce qui vous force à vous servir de moins grosses portions. C’est ce que j’ai fait et ça a été franchement efficace car les premières fois, je cuisinais la même quantité de pâtes, par exemple, mais je ne pouvais pas toutes les mettre dans l’assiette, donc ça restait dans la casserole et à la fin du repas je n’avais pas la même envie de me forcer à finir que lorsque tout était dans ma grande assiette. A force, j’ai fini par adapter la quantité de nourriture que je cuisine et ainsi réduire mes quantités sans avoir l’impression de me forcer. L’autre option, que je trouve plus contraignante, c’est de peser les ingrédients et de se forcer à réduire leur quantité, mais ça n’a pas vraiment marché sur moi.

Couplez cette astuce avec la précédente et vous allez voir les effets bénéfiques en très peu de temps, car manger lentement fait atteindre plus vite le sentiment de satiété, réduit les brûlures d’estomac, et permet une digestion plus apaisée.

3. Remplacer le mauvais grignotage par le bon

Bon, ok, il n’y a pas vraiment de bon grignotage, en réalité. Mais perso j’avais la mauvaise habitude de me prendre des carrés de chocolat un peu n’importe quand dans la journée, et quand j’essayais d’être radical et d’arrêter cette mauvaise habitude, je tenais trois jours, je me frustrais, puis je craquais de plus belle ensuite. Pas très efficace, vous en conviendrez. Du coup, plutôt que vouloir être radical et faire tomber à zéro mon niveau de grignotage, j’ai décidé de remplacer les carrés de chocolat par des fruits et légumes crus : des noix, des clémentines, des bananes, des cerises, des carottes, des radis, etc, selon la saison et les envies.

L’idée est assez simple : quitte à grignoter, autant que ce soit quelque chose qui apporte des bons nutriments à mon corps, plutôt qu’il ne vienne l’encrasser. Et plutôt que de lutter contre une mauvaise habitude en la forçant à disparaître, avec toute la difficulté que cela implique, je préfère conserver l’habitude mais la tourner de manière à ce qu’elle me soit bénéfique. Car, j’imagine qu’on sera tous d’accord sur ce point : grignoter des fruits et des légumes est meilleur pour la santé que s’empiffrer de chocolat. Si vous voulez plus d’infos sur l’importance de manger des fruits et légumes crus, je vous conseille cette lecture. Ça demande notamment d’acheter moins de cochonneries et d’avoir des légumes sous la main prêt à être manger (car si on perd trop de temps à les éplucher, la pulsion risque de nous ramener vers les sucreries qui sont, elles, toujours à portée de main), mais l’effort en vaut le coup, je trouve. Sans compter que ceux qui souffrent régulièrement de maux d’estomacs (brûlures ou autres) vont trouver là l’occasion d’avoir un apport enrichi en fibre, et donc de diminuer sensiblement certaines gênes.

4. Sélectionner avec précaution ce qu’on achète

Le meilleur conseil que je pourrais vous donner si vous souhaitez améliorer efficacement votre alimentation, c’est celui-ci : n’achetez pas ce qui n’est pas bon pour vous. J’ai lu une fois cette phrase : “ce qui ne tombe pas dans le cadis ne finit pas dans votre estomac“, et je la trouve particulièrement vraie. Soyez vigilant lorsque vous faites vos courses pour ne pas acheter des tas de sucreries, friandises, et autres aliments pas vraiment recommandés dans un mode de vie sain. Ça n’empêche pas que vous pouvez vous faire un petit plaisir de temps en temps, mais celui-ci doit rester raisonnable et de nature exceptionnelle, pas en faire une règle absolue.

L’idéal pour faire ses courses sans craquer sur les trucs qui nous font de l’œil, c’est d’y aller le ventre plein : ça permet d’acheter avec notre cerveau, pas avec notre estomac. Et ainsi s’assurer d’avoir un maximum de bons produits sains dans le cadis au moment de passer à la caisse, et de limiter les sucreries, les plats préparés au packaging alléchant, etc.

5. Boire une bouteille d’eau par jour

Notre corps est composé à 65% d’eau. Il paraît logique que l’hydratation soit importante pour notre santé, et pourtant une étude de 2013 rapportée par le Figaro explique que huit adultes sur dix ne boivent pas assez d’eau. Il faudrait idéalement un apport d’au moins 1,5 litre par adulte (le besoin précis de chacun varie selon ses caractéristiques physiques personnelles).

J’ai toujours su que je ne buvais pas assez d’eau mais je ne me suis rendu compte que récemment de l’impact réel et direct d’une hydratation imparfaite sur mon corps : depuis deux ans j’enchaîne les tendinites et surtout je mets un temps fou à m’en remettre, notamment car, d’après mon kiné, je ne m’hydrate pas assez. Désormais, sur ses conseils, je me force à boire une bouteille d’eau entière par jour. C’est pas facile et ça sous-entend de boire même sans avoir réellement soif, mais je sais que sur le long terme ça ne peut m’être que bénéfique. En parallèle j’ai réduit drastiquement ma consommation d’alcool (ai-je besoin de rappeler pourquoi l’alcool est mauvais pour le corps humain ?), et je sens déjà une amélioration de mon bien-être général, même si je me dois d’être honnête, c’est loin d’être aussi flagrant que lorsque j’ai réduit mes quantités de nourriture ou lorsque j’ai sérieusement ralenti le rythme auquel j’avalais mes repas. En tout cas, tendinite ou pas, boire beaucoup d’eau fait le consensus scientifique, et, je le disais plus haut, 80% des adultes n’en boivent pas assez. Vous savez ce qu’il vous reste à faire 🙂 !

L’alimentation n’est que l’un des piliers d’une vie saine, ne négligez pas les autres :

Je viens de vous partager 5 grands principes d’alimentation que j’ai intégré dans mon quotidien pour me sentir mieux dans ma peau et dans ma vie. Je sais qu’ils peuvent paraître simples, voire simplistes, et que vous les connaissez déjà pour la plupart, mais c’est leur application réelle dans votre quotidien qui aura un vrai impact. C’est pour cette raison que je vous invite vraiment à les tester dans votre vie quotidienne, ne serait-ce que sur une dizaine de jours : c’est suffisant pour voir déjà des résultats concrets.

En plus de l’alimentation, l’activité physique et le sommeil sont deux autres points qui viennent influer de manière directe sur votre bien-être. Je vous invite également à travailler sur ces domaines de manière sérieuse. Ensuite, viennent la vie professionnelle, la vie amoureuse, la vie sociale, les finances, et pas mal d’autres points que j’évoque régulièrement sur ce blog également. N’hésitez pas à fouiner parmi mes autres articles pour trouver des conseils sur ces points précis.

En attendant, je vous félicite pour votre volonté de reprendre votre bien-être en main. C’est un travail de longue haleine, il faut s’accrocher, mais les résultats en valent la peine.

Belle journée à vous, sur mon blog ou ailleurs !

Jérémy