UXDE dot Net Wordpress Themes

Comment recentrer sa vie sur soi grâce au minimalisme :

in _bonheur / No Comments
Dans 11 minutes 11 secondes, l'accès gratuit aux documents suivants sera définitivement retiré. Téléchargez tout maintenant :


Nous vivons dans un monde où tout est fait pour nous faire CONSOMMER. On consomme de l’information, des produits dont on n’a pas besoin, et on se met même à consommer l’amour, sur les sites de rencontre.

Je n’ai jamais été très fan de tout ça, d’être toujours dans une logique de consommateur. La télé nous dit que telle ou telle chose est bien, alors il faut suivre la télé et faire pareil.

La télé nous dit qu’il faut avoir un écran plat, alors tout le monde doit acheter un écran plat. Même si ça coûte les yeux de la tête et que ça ne rendra pas les films meilleurs.

La télé nous dit qu’il faut prendre un crédit sur 25 ans pour se payer un pavillon en banlieue, alors tout le monde rêve de se surrendetter pour s’offrir le pavillon, croyant que ça va résoudre tous les problèmes de leur vie.

Je pense que je n’ai jamais été très conformiste. Même si, pour le coup, c’est peut-être très conformiste de le dire. Mais ça n’empêche : en juin 2011, je me faisais virer de mon job. En septembre 2011, je rendais mon appartement et je partais en voyage.

Avec un sac à dos, 3 slips, et un ordinateur portable. Rien d’autre, ou presque.

Cela fait deux ans que ça dure. Deux ans que j’ai embrassé le style de vie minimaliste. Un style de vie recentré sur l’expérience humaine plus que sur les possessions matérielles. Pourquoi et comment j’en suis arrivé là ?

Pourquoi je suis devenu minimaliste ?

1-> Pour être mobile

Vous le savez si vous me suivez depuis un moment : je voyage énormément. Et ce qui me permet de voyager autant, c’est justement le minimalisme.

Je n’ai plus d’appartement, j’ai vendu ou donné la plupart de mes biens matériels, et ma vie tient dans un sac à dos et une valise de 20kg. Si j’avais conservé toutes mes possessions, je ne pourrais pas être aussi mobile qu’aujourd’hui. Je serai coincé quelque part et je ne pourrais pas assouvir mes besoins de voyages.

2-> Pour faire des économies

Soyons pragmatique un instant : les possessions matérielles coûtent cher. Extrêmement cher.

Prenez une seconde pour faire l’exercice suivant : regardez dans votre champs de vision et faites une rapide estimation de la somme des objets que vous avez sous les yeux. Je suis prêt à parier qu’il y a au moins pour 2000€, peut-être même plus, sans compter l’ordinateur que vous utilisez pour me lire.

Le minimalisme m’a permis de faire des économies folles : comme j’ai une place limitée (mon sac à dos), je ne peux pas me permettre d’acheter autant de bibelots et d’objets qu’auparavant. Du coup, quand je passe devant une boutique, je ne craque pas devant tel ou tel objet de déco ou d’ameublement. Je ne suis même plus tenté car je sais que je n’ai nulle part où les stocker (mes parents conservent les deux trois cartons de bouquins que j’ai accumulés, et c’est à peu près tout).

3-> Pour me recentrer sur ce qui compte vraiment pour moi

Et ce qui compte pour moi, ce n’est pas d’avoir un écran plat dernier cri (pourtant j’en ai eu un, d’ailleurs c’est même la première chose que j’ai achetée lorsque j’ai reçu mon premier salaire… en 2008), une barraque avec piscine ou même posséder des rangées de DVD.

Devenir minimaliste m’a permis de me recentrer sur ce qui compte pour moi : rencontrer des gens, apprendre, échanger, m’enrichir émotionnellement et intellectuellement. Non pas que cela soit incompatible avec la possession matérielle, mais je trouve qu‘il est plus simple de se remplir le cerveau quand on n’a pas à s’occuper de remplir un appartement.

4-> Pour gagner en liberté d’esprit

Si je ne devais retenir qu’une seule raison, pourquoi j’ai vraiment décidé de m’intéresser au minimaliste au point de rendre mon appartement et de devenir sans domicile fixe, c’est celle là : gagner en liberté d’esprit. Ne pas avoir à me préoccuper du matériel, toujours et encore. D’ailleurs le minimalisme va bien au-delà de la non-possession matérielle, j’ai fait le choix de ne plus m’encombrer l’esprit avec tout ce qui peut émettre des émotions négatives, et donc me rendre malheureux (du type les informations à la télé : j’ai commencé une diète médiatique il y a plusieurs mois, et c’est l’une des meilleures décisions que j’ai prise ces dernières années).

Bref, le minimalisme ce n’est pas juste se déposséder de ses biens matériels. C’est aussi se vider l’esprit de la ‘pollution’ mentale’ du quotidien. Pollution qui m’empêchait d’être pleinement épanoui dans ma vie d’avant.

Cependant, je ne resterai pas dans un état de minimalisme aussi extrême toute ma vie : j’envisage même de plus en plus sérieusement de reprendre un appartement. Simplement, en faisant ce que j’ai fait, j’ai remis les compteurs à 0 et je peux désormais reconstruire mes possessions en fonction de ce que j’ai vraiment envie d’avoir, et pas, comme je le faisais auparavant, parce que mes potes s’achetaient des écrans plats et que j’en voulais un aussi, ou ce genre de raisonnement que je trouve, aujourd’hui, complètement idiot.

Bref : pas besoin de vous débarrasser de 99% de vos objets pour embrasser le mode de vie minimaliste.

Il suffit de vous recentrer sur ce que vous avez vraiment besoin.

A vous de jouer !

Jérémy

Dans 11 minutes 11 secondes, l'accès gratuit aux documents suivants sera définitivement retiré. Téléchargez tout maintenant :