Changer le monde en devenant égoïste : pourquoi ça marche

Lisez ceci : la recette du bonheur existe, elle est à télécharger derrière ce lien !

Je connais des dizaines de personnes qui rêvent de changer le monde, de le rendre meilleur.

Ces personnes là ont de beaux objectifs, de beaux rêves : ils veulent améliorer la planète. Alors ils s’investissent dans des associations, ils font du bénévolat, de l’humanitaire.

C’est très bien, vraiment.

Mais je ne crois pas que ce soit suffisant.

Vous le savez si vous lisez mon blog depuis longtemps, je suis anti-assistanat au sens large. Je suis persuadé que quand un homme a faim, il est plus judicieux de lui apprendre à pêcher plutôt que de lui offrir un poisson tous les jours.

Si on lui apprend à pêcher, il va devenir autonome. Et pouvoir se nourrir, lui et sa famille.

Si on lui offre un poisson par jour, il ne va rien faire d’autre qu’attendre ce qu’il finira par estimer comme étant un dû.

C’est pour ça que, dans l’absolu, je n’aime pas le principe de l’assistanat au sens large, ce qui inclut l’humanitaire, les assoc, et compagnie. Même si je reconnais leur utilité dans le monde actuel et que je ne peux m’empêcher d’admirer ces gens qui ont le courage de se battre pour améliorer la vie des autres, à défaut d’améliorer la leur.

Et d’ailleurs, c’est là qu’à mon sens, le bât blesse.

Réfléchissons un instant : si on faisait tous un effort sur soi-même pour devenir une meilleure personne, si chaque individu de cette planète faisait un petit pas supplémentaire vers la bonté, la bienveillance, la générosité, alors c’est le monde entier qui deviendrait meilleur.

L’égoïsme au service de la planète, c’est pas beau ?

Si toi, qui lit cet article d’un oeil distrait, oui si toi, à partir d’aujourd’hui, tu te concentres uniquement sur toi pour devenir une belle personne, quelqu’un de bon, de généreux, de souriant, de prévenant. Alors TU vas rendre ce monde meilleur.

Et si ton voisin fait de même, et ensuite son voisin à lui, et ainsi de suite, alors c’est la planète entière que nous allons rendre meilleure.

Je suis persuadé que la plupart des gens qui s’occupent des autres le font, aussi, en partie pour éviter d’avoir à s’occuper d’eux-mêmes. Pour repousser le plus loin possible leurs blessures, leurs défauts, leurs rêves. Et donc le moment où ils se retrouveront seul avec eux-même, à devoir affronter leur propre réalité.

Devenir égoïste ne veut pas dire devenir un crétin finit qui ferme les yeux sur les galères des autres.

Devenir égoïste, dans le bon sens du terme, ça veut dire devenir la meilleure version de soi-même avant de vouloir changer la vie du reste de la planète. Parce que c’est EN DEVENANT un égoïste positif que l’on accomplit un acte ALTRUISTE pour le reste du monde.

Je préfère mille fois quelqu’un qui sourit et qui partage son bonheur, sa joie de vivre, mais qui ne donne jamais rien aux SDF. Que quelqu’un qui fait la gueule à longueur de journée, mais qui va, pour s’acheter bonne conscience, lâcher une piécette ou deux aux mendiants du métro. Ou pire, signer une pétition pour sauver les huîtres rousses du Pérou.

Je ne dis pas que le second n’est pas important. Je dis simplement qu’il vient dans un second temps, après avoir transformé sa propre personne pour faire en sorte que rien que le fait, pour nous, d’être en vie, d’être ici sur Terre, soit en soi un acte de générosité.

Je suis curieux de savoir ce que vous en pensez !

Jérémy.

Le bonheur est à portée de clic :
Vous avez encore droit gratuitement au pack complet pour vous aider à être plus heureux. Téléchargez tout de suite :
  • Le guide complet 'Les 7 clés du Bonheur' (PDF)
  • Les 3 étapes indispensables pour atteindre le bonheur (guide PDF)
  • Les détails de mon parcours : comment je suis passé de la déprime constante à l'épanouissement personnel (et comment vous allez faire de même)