25 ans et des projets : à lire pour en savoir plus sur moi !

25ans-projets

Voila, c’est fait, je viens de fêter mes 25 ans.

Vous allez me dire, mon anniversaire, vous vous en foutez un peu. Ouai, mais les anniversaires, c’est souvent le moment des bilans.

Surtout celui des 25 ans. Le quart de siècle, le moment de bascule où l’on se retrouve plus près de ses 30 ans que de ses 20.

Comme à chaque anniversaire, je me retrouve donc en pleine introspection.

Et récemment, j’ai compris un truc qui m’a fait vraiment réfléchir.

J’ai compris que ce qui me faisait avancer dans ma vie, c’était des challenges. Des défis. Avoir des projets en ligne de mire, qui me fassent à la fois peur et envie. Quelque chose qui m’excite, qui me fasse me dire « ça va être dur ! » mais en même temps « ça va être génial !« .

J’ai mis du temps avant de capter tout ça. C’est mon voyage en Suède, et la conquête d’un marché avec mon auto-entreprise, qui m’a fait réaliser ça.

Pour me sentir vivant, j’ai besoin de défis.

Et je vais m’en lancer un petit paquet.

Défi 1 : un départ à l’étranger (encore !)

Le premier défi, ça va être de partir m’installer en Espagne quelques temps. A Grenade, plus précisément. Ca va me changer de la Suède, me direz-vous.

Pourquoi l’Espagne, et pourquoi Grenade ?

Parce que j’ai envie de parler une troisième langue couramment. Mon niveau en suédois n’est vraiment pas terrible (même si je continue de suivre mes cours), et de toute manière ils parlent tous anglais là-bas. Et j’ai déjà quelques bases en espagnol pour l’avoir étudié à l’école. Je compte donc m’y mettre sérieusement : me trouver une coloc avec des espagnols et ne parler QUE le castillan jusqu’à avoir un niveau que j’estime « fluent ». Mon défi donc : être trilingue français, anglais, espagnol, d’ici l’été 2013.

La seconde raison qui me fait choisir l’Espagne, et Grenade en particulier : ce sont les tarifs. Pour le moment, je gagne entre 500 et 700 euros par mois grâce à mon activité de conseils en stratégie de communication. Trop peu pour vivre décemment en France, mais suffisamment pour vivre dans une ville de taille moyenne de l’Europe du sud.

J’ai choisi Grenade pour son dynamisme, sa culture, sa vie nocturne folle, et sa situation géographique parfaite : au coeur de l’Andalousie, à 40km de la mer, au pied de la Sierra Nevada.

J’ai plusieurs amis qui s’y sont rendus pour des séjours plus ou moins longs, ces dernières années, et tous sont dithyrambiques à propos de cette ville. J’ai hâte de m’y rendre et de voir ça de mes propres yeux ! Je raconterai mon périple sur mon blog de voyage, pour ceux que ça intéresse.

Défi n°2 : mettre la crise derrière moi !

Mon deuxième gros défi, il est lié à cette nouvelle expatriation. J’ai monté mon entreprise il y a presque 10 mois maintenant. Après 4 mois sans revenus entre novembre et février (je vous assure que ça fait mal !), je trouve régulièrement des clients, et mes revenus sont en constante augmentation (même si, je le disais, cela reste encore faible).

Maintenant que je vais m’installer dans un endroit où je peux vivre avec 500/700 euros par mois, je vais avoir l’esprit un peu plus tranquille pour me concentrer sur le second défi : gagner de manière régulière 2000€ brut par mois d’ici à juin prochain (soit environ, une fois mes charges patronales payées, 1500€ net).

Pourquoi cette somme ? Parce que j’ai encore des rêves de voyage, et je compte passer quelques mois en Finlande à un moment donné (cliquez ici pour lire : les 5 pays que je veux voir avant de mourir). J’aimerais aussi m’installer au Canada, aux Etats-Unis, et dans d’autres pays où la vie coûte plus cher que 700€ / mois.

Mais je ne suis pas dépensier, et je n’ai pas besoin de plus. Du moins pour l’instant. Devenir millionnaire ne m’intéresse pas : je ne cours pas après l’argent, et je n’en ferais jamais un fin. Pour moi, l’argent est un moyen pour atteindre mes rêves. Rien de plus.

Carpe Diem, babe…

A côté de ça, je compte continuer de faire des rencontres et de profiter de la vie au maximum. Ce ne sont pas des objectifs en tant que tel (pour apprendre à vous fixer des objectifs et à les atteindre, cliquez ici), mais juste ma philosophie de vie en ce moment.

J’ai un ami qui vient de m’annoncer que lui et sa copine allaient acheter un appartement dans la ville où ils ont toujours vécu, sans jamais être partis vivre ailleurs. Je suis heureux pour eux, vraiment. Et s’ils sont heureux aussi, c’est génial.

Mais perso, je ne me vois pas avoir ce genre de vie maintenant.

J’ai besoin d’aventures et d’adrénaline. J’ai envie de rencontrer des tas de gens, d’échanger sur des milliers de sujets avec des personnes venues des quatre coins de la planète. J’ai envie d’apprendre des langues, de découvrir le monde. De m’éclater.

Pas de prendre un crédit sur 20 ans et travailler 40 heures par semaine dans un bureau pour le rembourser.

Un développement personnel ne se termine jamais…

J’ai 25 ans, et j’ai l’impression d’avoir franchi un grand, très grand cap dans mon développement personnel.

J’ai fini la quête de ma « reconstruction ». Ma timidité est définitivement derrière moi, et ce depuis longtemps maintenant. J’ai aussi tourné définitivement la page de mon ancienne vie, en supprimant les paramètres qui m’empêchaient d’être heureux (être salarié, enfermé dans un job chiant et une ville ennuyeuse, notamment).

Je regarde devant moi, et je ne vois plus aucun obstacle qui pourrait m’empêcher de vivre la vie de mes rêves.

J’ai 25 ans, la vie devant moi, et un moral de feu.

A très bientôt pour de nouvelles aventures !