Faut-il être riche pour être heureux ?

Lisez ceci : la recette du bonheur existe, elle est à télécharger derrière ce lien !

J’entends souvent le fameux « ahhh si j’étais riche ! ».

Pire. Hier, je discutais avec un ami et on parlait de partir en voyage autour du monde, en restant deux-trois mois dans chaque pays qui nous intéresse. On s’est pris au jeu à discuter de notre mode de vie sur place, des rencontres qu’on ferait, etc, et puis à la fin de la discussion, il me fait « bon bah, on n’a plus qu’à gagner au loto ! ». Je dois dire que sa remarque m’a un peu scotché.

Le manque d’argent doit-il être un frein à nos rêves ? Seuls les riches ont-ils le droit d’être heureux ?

Les riches le sont-ils depuis leur naissance ou le sont-ils devenus ? On n’a même pas encore 24 ans, et bien qu’il y ait déjà quelques personnes de nos âges de très riches (certains sportifs, Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook), je suis persuadé que la plupart des riches de 50 ans ne l’étaient pas plus que nous à 24.

Par contre, ce qui a pu les amener à devenir riche, c’est de réussir à saisir les opportunités qu’ils se sont créées au cours de leur vie. Et quelle meilleure manière de se créer des opportunités que de vivre pleinement sa vie ? En sortant, en voyageant, en parlant, je rencontre des gens, dont certains vont, consciemment ou non, volontairement ou non, influencer mes choix de vie et peut-être me donner des idées ou des envies qui vont m’amener à la réussite professionnelle, et, par voie de conséquence, à l‘enrichissement. Ce qui est sûr, c’est que rester affalé devant TF1 ne remplira pas mon compte en banque. Et remplir des grilles de loto non plus.

Je me rappelle d’une citation que j’ai lu sur plusieurs blogs de finances personnelles : « Fake it until you make it », de je ne sais pas qui. « Faire semblant jusqu’à que ça se réalise », en quelque sorte. Autrement dit, agir comme un riche, même si on ne l’est pas, et dans le même temps, travailler à le devenir. Pour poursuivre sur l’exemple du début de cet article, si je pars en voyage pratiquement sans un sous en poche, j’aurai l’obligation, pour survivre, manger, dormir, de trouver un moyen, sur place, de gagner de l’argent. Si, au fond, je n’ai pas besoin de cet argent, pourquoi j’irai m’embêter à le gagner à la sueur de mon front ? Le loto, c’est donc la solution des déjà riches (dans le sens de ceux dont les besoins primaires sont déjà pris en charges) pour devenir encore plus riche.

Sauf que, dans le cas d‘un départ à l‘étranger sans un sous en poche, on joue sans filet. Et la chute peut être dure. Car s’il y a bien une chose que la richesse apporte, c’est le confort psychologique de se dire qu’en cas de problème, l’argent peut le régler. L’argent apporte une certaine liberté d’esprit et de pensée, puisqu’on s’est libéré de la contrainte d’en trouver. L’argent étant obligatoire pour se loger, se nourrir et s’habiller, celui qui n’en a pas aura constamment en tête le besoin d’en trouver, et ne s’éclatera peut-être pas autant que celui qui peut dépenser sans avoir peur de se retrouver sans rien. Certaines personnes arrivent tout de même à se détacher de l’importance de l’argent, et c’est ce que l’on devrait tous réussir à faire.

Alors oui, l’argent est un des facteurs du bonheur. Un facteur indirect bien sûr, puisqu’avoir un compte en banque rempli de 0 ne fera pas de moi une personne heureuse. C’est la façon dont j’utiliserai cet argent, qui m’apportera ou non le bonheur.

Le bonheur est à portée de clic :
Vous avez encore droit gratuitement au pack complet pour vous aider à être plus heureux. Téléchargez tout de suite :
  • Le guide complet 'Les 7 clés du Bonheur' (PDF)
  • Les 3 étapes indispensables pour atteindre le bonheur (guide PDF)
  • Les détails de mon parcours : comment je suis passé de la déprime constante à l'épanouissement personnel (et comment vous allez faire de même)